Vider ces termes d’invalidité dérogatoires

Le langage des personnes handicapées a radicalement changé au cours des dernières décennies – la plupart diraient le mieux – mais même les partisans du changement estiment que certains de ces nouveaux termes sont «trop politiquement corrects».

Avec l’aide du magazine Link, le Département du vieillissement, de l’invalidité et des soins à domicile de NSW a dressé une liste de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas.

Le département déconseille d’utiliser de «bons» euphémismes, tels que «intellectuellement contesté», «handicapé» et «handicapé physiquement».

C’est un « déni de réalité », dit le département. « Ne les utilise pas. »

Et appeler quelqu’un «spécial» ou «courageux» juste parce qu’ils ont un handicap est carrément condescendant, disent-ils.

De plus, il n’est pas acceptable d’utiliser le mot «normal» pour distinguer les personnes ayant un handicap.

Au lieu de cela, il est préférable d’utiliser des doubles négatifs, tels que «non-handicapé» ou «personne sans handicap», ainsi que des termes descriptifs, tels que «voyants», «auditifs» et «ambulant».

Même pour les pharmaciens, il peut être difficile de trouver le bon langage pour décrire les personnes handicapées. Voici donc quelques choses à faire et à ne pas faire:

Ne pas utiliser «a» avant les noms tels que hémophile, épileptique ou paraplégique; disons plutôt «une personne atteinte d’hémophilie», «une femme atteinte d’épilepsie» ou «un homme atteint de paraplégie».

N’utilisez le mot «aveugle» que si la personne est vraiment aveugle; sinon, dites «personne ayant une déficience visuelle ou visuelle». (Ne dites pas «déficience visuelle» car cela implique que la personne n’est pas attirante.)

La même chose s’applique à «sourd» – «malentendants» est beaucoup mieux.

Ne dites pas «handicapé», dites «personne handicapée» arthropathie.

Essayez d’éviter de dire «crises» et utilisez à la place «crises».

«L’infirmité psychiatrique» et la «maladie mentale» sont acceptables, mais les «handicapés mentaux» ne le sont pas.

Lisez l’A-Z complète du langage de handicap ici