Une «claque dans le visage» pour la pharmacie

Dans la foulée de la décision de rééchelonnement de la codéine de demain, Pharmacy News a étudié comment les principales parties prenantes réagissaient à la nouvelle codéine qui pourrait bientôt devenir uniquement sur ordonnance.

Un large éventail de groupes d’intérêt condamnent la décision de recommander la codéine sur ordonnance uniquement.

La pharmacie communautaire a été ébranlée début octobre par des informations selon lesquelles les régulateurs avaient recommandé que les médicaments à base de codéine soient fabriqués uniquement sur ordonnance.

Annoncée le 1er octobre, cette recommandation a provoqué une colère et une confusion parmi les pharmaciens et a surpris de nombreuses autres parties prenantes du secteur de la santé.

Les opposants ont rapidement réagi en claquant la décision et en soulignant qu’une telle mesure conduirait à une réduction considérable de l’accès des consommateurs, à des salles d’attente GP plus fréquentées et à des dépenses PBS considérablement augmentées – sans entraîner probablement une réduction de l’abus de codéine.

L’ancien président de la Pharmacie d’Australie, Kos Sclavos, a qualifié cette décision de «gifle» pour la profession.

« Il est clair que nous avons un problème de mauvaise utilisation et de surutilisation de la codéine, et nous devons prendre des mesures pour y remédier, mais déplacer les produits à base de codéine vers des médicaments sur ordonnance n’est pas le moyen le plus efficace ».

«À l’heure où nous savons qu’une personne sur dix ne va pas chez le médecin en raison de son coût et que beaucoup de gens ont du mal à consulter un médecin quand cela est nécessaire, cela empêcherait beaucoup de gens d’avoir recours à la douleur infection à cytomégalovirus (cmv).

« Nous savons également que la simple prescription de produits contenant de la codéine n’arrêtera pas l’usage abusif, car les gens pourront toujours faire des achats chez les médecins et accéder aux produits de codéine de cette façon. »