Tambassis se tourne vers un nouveau ministre pour trouver des solutions

La Guilde des pharmaciens se tourne vers le nouveau ministre de la Santé, Greg Hunt, pour résoudre un certain nombre de problèmes urgents pneumonie.

Il prend ses fonctions à un moment difficile pour le système de santé, et en particulier pour le secteur de la pharmacie communautaire, a déclaré le président de la Guilde George Tambassis dans un communiqué.

Il ne s’est pas référé spécifiquement à l’accord sur le partage des risques dans la 6CPA ou au co-paiement de 1 $, mais ceux-ci sont susceptibles d’être en haut de l’ordre du jour de la Guilde.

« Il est essentiel que ces problèmes soient traités et résolus rapidement et de manière satisfaisante afin d’assurer la sécurité des pharmaciens de la communauté afin qu’ils puissent continuer leur travail pour améliorer les résultats sanitaires de tous les Australiens.

«Au cours de l’année, la 6CPA atteindra son objectif à mi-chemin et la Pharmacie canadienne s’engage à travailler avec le ministre et le gouvernement fédéral pour s’assurer que le financement de l’entente est entièrement consacré aux programmes et initiatives visant à améliorer la santé des patients et des consommateurs.

« Pour atteindre cet objectif, nous devons travailler ensemble pour résoudre tous les problèmes en suspens afin d’ouvrir la voie pour aller de l’avant.

« Nous sommes confiants d’une relation constructive et positive avec M. Hunt qui apporte à ce poste une vaste expérience politique.

« La Guilde sera à la recherche de discussions préliminaires avec le nouveau ministre et son bureau. »

M. Tambassis a déclaré que le ministre de la Santé sortant, Sussan Ley, serait connu pour son travail et son engagement dans le portefeuille.

« La Guilde a travaillé en étroite collaboration avec Sussan Ley dans de nombreux domaines, y compris dans les négociations qui ont abouti à la signature de l’accord-cadre », a déclaré M. Tambassis.

«L’engagement de Sussan Ley dans le portefeuille l’a amenée à siéger au très important comité d’examen des dépenses du cabinet et, dans ce rôle, elle a pu mieux représenter les intérêts du secteur de la santé dans les discussions budgétaires.»