S’en tenir à être pharmaciens

L’AMA a admis que les médecins généralistes et les pharmaciens avaient un rôle à jouer ensemble, mais se méfiait de l’élargissement du rôle futur des pharmaciens.

S’exprimant au National Press Club de Canberra, le président national de l’AMA, le professeur Brian Owler, a déclaré qu’il croyait que les pharmaciens jouaient un rôle précieux dans la pratique générale, ce qui leur permettait de faire cette éducation patiente.

Cependant, il se méfiait du succès de la pharmacie pour obtenir des incitations financières afin d’étendre son rôle dans d’autres domaines.

En réponse à une question, le professeur Owler (sur la photo) a déclaré que «les problèmes que nous avons avec le dernier CPA sont vraiment en relation avec les rôles des pharmaciens et ce qu’ils pourraient être payés à faire à l’avenir».

«Je pense que nous devons revenir à la reconnaissance et au respect des rôles de chacun dans le système de santé, de leur formation, de leur éducation et de ce qu’ils sont réellement prêts à faire.

« La Guilde des pharmaciens est un lobby fort et bonne chance pour eux, ils ont négocié fortement avec le gouvernement », a déclaré le Dr Owler.

« Le seul problème que nous avons avec les pharmaciens, c’est quand nous commençons à parler d’eux jouant un rôle beaucoup plus actif dans certains des rôles où c’est vraiment le rôle du généraliste ».

En réponse, un porte-parole de la Guilde des pharmaciens d’Australie a déclaré qu’il y avait «beaucoup de possibilités pour les pharmaciens d’ajouter de la valeur au système de santé sans empiéter sur le territoire des généralistes ou dépasser leur champ de pratique approprié».

«Nous nous engageons à mieux utiliser la ressource qu’est la pharmacie communautaire, de meilleurs résultats pour les patients, un meilleur résultat pour l’efficacité du système de santé et des relations de collaboration avec d’autres professionnels de la santé, y compris les médecins».