Qui aurait deviné? Manger du placenta n’est pas une bonne idée pour les nouvelles mamans

Il n’y a pas de bonne preuve que les nouvelles mamans mangent leur placenta après la naissance d’un enfant.

Selon le chercheur Bryony McNeill, chargé de cours en biologie de la reproduction et du développement à l’Université Deakin, aucune étude n’appuie les allégations selon lesquelles le placenta réduirait le risque de dépression post-partum, stimulerait l’approvisionnement en lait ou reconstituerait les nutriments vitaux.

En fait, le placenta peut être une source de toxines et de bactéries potentiellement nocives, dit-elle.

«Pendant la grossesse, le placenta régule le transfert des substances entre la mère et le bébé, ce qui peut entraîner l’accumulation de substances potentiellement toxiques», écrit Mme McNeil dans un éditorial publié par la Conversation.

« À ce jour, il y a eu seulement quelques petites études examinant le profil de toxicité des capsules de placenta. »

Plus tôt cette année, les centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies ont lancé un avertissement contre la tendance qui augmente dans les pays occidentaux.

Un rapport de cas publié par le CDC a montré que B Streptococcus agalactiae a été identifié comme étant la cause d’une septicémie chez un jeune nourrisson né cinq jours plus tôt en Oregon.

Les investigations ont révélé plus tard que les capsules de placenta consommées par la mère du nouveau-né ont été testées positives pour la bactérie. – AAP