Nausées et vomissements postopératoires

Il y a quinze ans, Kapur décrivait les nausées et les vomissements postopératoires comme un gros problème. 1 une description qui s’applique toujours malgré les meilleurs efforts des médecins et des compagnies pharmaceutiques. Dans ce numéro du BMJ, Wallenborn et ses collègues revoient l’utilisation du métoclopramide pour prévenir les nausées et les vomissements postopératoires.2 Au Royaume-Uni, le métoclopramide n’est plus un choix populaire pour la prophylaxie ou le traitement. C’est parce que la dose standard de 10 mg n’est pas très efficace3; le métoclopramide a des effets secondaires désagréables tels que des symptômes extrapyramidaux, en particulier avec des doses répétées; Elle a été supplantée par de nouveaux agents plus chers mais moins compliqués. La probabilité de nausées et de vomissements postopératoires est augmentée par plusieurs facteurs dont le type de chirurgie (par exemple, chirurgie laparoscopique, gynécologique et ophtalmique), certains anesthésiques Le traitement le plus efficace est généralement une combinaison d’agents qui ciblent différentes voies ou récepteurs.5 Ceux-ci comprennent les antihistaminiques, les anticholinergiques, les antihistaminiques, les antihistaminiques, les antihistaminiques, les antihistaminiques, les antihistaminiques, les Les anti-dopaminergiques, les antagonistes des récepteurs 5-hydroxytryptaminiques (5-HT3) et les médicaments aux modes d’action mal compris comme la dexaméthasone.6 Une combinaison courante au Royaume-Uni est actuellement un antagoniste 5-HT3 tel que l’ondansétron ou le tropisétron associé à la dexaméthasone. l’ajout d’agents d’une autre classe tels que la prométhazine ou la cyclizine pour le sauvetage ou pour les cas résistants.7Wallen Born et ses collègues ont pris l’initiative de revoir les effets du métoclopramide dans un essai randomisé en utilisant la dose standard de 10 mg et des doses de 25 mg et 50 mg (doses qui ne seront pas connues de la plupart des médecins au Royaume-Uni). Le métoclopramide a été ajouté à la dexaméthasone chez plus de 3000 patients ayant subi une chirurgie élective. Les combinaisons de 25 mg et de 50 mg ont été remarquablement efficaces pour réduire les nausées et les vomissements postopératoires précoces, et 50 mg ont également empêché la nausée et les vomissements tardifs. Les effets secondaires, principalement l’hypotension et la tachycardie, étaient rares. L’incidence de la dyskinésie et des effets secondaires extrapyramidaux était également étonnamment faible: 0,4% dans le groupe 25 mg et 0,8% dans le groupe 50 mg (nombre nécessaire pour nuire 156 pour les deux doses). Les médicaments plus récents tels que les antagonistes 5-HT3 ont des résultats sans aucun doute améliorés; un antagoniste des récepteurs de la neurokinine (aprépitant) a également été introduit au Royaume-Uni pour le traitement des nausées et des vomissements induits par la chimiothérapie.8 Cependant, le mécanisme sous-jacent des nausées et des vomissements postopératoires est si complexe qu’une panacée universelle est peu probable. pour la prévention et le traitement. À cet égard, la dose optimale de métoclopramide associée à la dexaméthasone offre une autre option pour la prévention des nausées et des vomissements ou comme traitement adjuvant ou alternatif au traitement existant. Un essai de métoclopramide et de dexaméthasone versus un antagoniste 5-HT3 associé à la dexaméthasone être la prochaine étape logique. Entre-temps, l’essai de Wallenburg et al soutient le métoclopramide comme une option pour la prévention et le traitement des nausées et des vomissements postopératoires. Cette utilisation de métoclopramide entraînerait probablement des économies considérables par rapport aux nouveaux antagonistes 5-HT3, tels que le palonosétron, malgré leur durée d’action prolongée. Enfin, Wallenborn et ses collègues ont également constaté que la consommation régulière d’alcool protège contre les nausées et vomissements postopératoires. Cette constatation ajoute au débat sur la raison pour laquelle certains facteurs, tels que le tabagisme, protègent contre les nausées postopératoires et les vomissements.5