L’usage abusif de drogues au Canada a augmenté au cours de la dernière décennie

Les taux autodéclarés de consommation d’alcool, de cannabis et d’autres drogues ont augmenté au Canada Selon l’Enquête sur les toxicomanies au Canada, la première grande enquête menée en dix ans sur la consommation d’alcool et d’autres drogues chez les Canadiens âgés de 15 ans révèle que l’alcool et le cannabis demeurent les drogues les plus couramment consommées au Canada. et plus vieux. La première enquête nationale sur l’utilisation de drogues licites et illicites au Canada (enquête sur l’alcool et les autres drogues) a été réalisée en 1994. Au total, 13 909 Canadiens de partout au pays ont participé à des entrevues téléphoniques de décembre 2003 à avril 2004. Elle portait sur l’impact de la consommation d’alcool et de drogues sur le bien-être physique, mental et social. Dans l’ensemble, 45% des Canadiens ont déclaré avoir consommé du cannabis au moins une fois au cours de leur vie. Quatorze pour cent des Canadiens ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année, soit près du double du taux déclaré en 1994 (7%). Parmi ceux-ci, près de 46% n’avaient pas consommé de cannabis ou ne l’avaient utilisé qu’une ou deux fois au cours des trois mois précédant l’interview. Cependant, 18% des utilisateurs ont signalé une utilisation quotidienne. Les taux rapportés chez les jeunes montrent que près de 30% des 15-17 ans et plus de 47% des 18-19 ans ont déclaré avoir consommé du cannabis au cours de la dernière année. Près de 70% des participants âgés de 18 à 24 ans ont déclaré avoir consommé du cannabis au moins une fois. La prévalence de l’usage du cannabis à vie augmente avec l’éducation et le revenu, selon l’étude. De plus, les personnes qui n’avaient jamais été mariées étaient plus susceptibles de consommer du cannabis. “ L’augmentation de la consommation de cannabis, particulièrement chez les jeunes Canadiens, est préoccupante parce que nous savons que le cannabis n’est pas une substance bénigne, ” a déclaré Michel Perron, chef de la direction du Centre canadien de lutte contre l’alcoolisme et les toxicomanies algie vasculaire de la face. “ Il y a un certain nombre de risques pour la santé associés à l’utilisation. ”