Choc toxique nonmenstruel récurrent

Sir-Andrews et al ont récemment publié une revue intitulée «Syndrome de choc toxique non-menstruel récurrent: Manifestations cliniques, diagnostic et traitement» Comme leur titre l’indique, bien que le choc toxique récurrent des menstruations ne soit pas rare, peu de rapports ont été publiés. Nous avons décrit des patients ayant un trouble récurrent émacifère érythémateux associé à un toxique toxique, un patient staphylococcique à l’entérotoxine A et un patient à l’entérotoxine B staphylococcique Trois des patients sont décédés; autopsies de patients ont confirmé une infection staphylococcique résiduelle, et, curieusement, les deux survivants ont développé une maladie récurrente Tous les patients étaient des hommes homosexuels Un des patients s’est significativement amélioré après avoir reçu la gammaglobuline iv commerciale, qui contient des anticorps anti-staphylococciques Andrews et al ont également répondu favorablement à iv gammaglobulin Nous avons suggéré que le trouble récalcitrant, desquamatif érythémateux était lié à la chimiotaxie défectueuse , mais a observé qu’un manque de formation d’anticorps de toxine staphylococcique pourrait également jouer un rôle. qui ont été confirmés par la suite – peuvent avoir une relation immunologique avec le syndrome de choc toxique nonmenstruel récurrent chez les patients infectés par le VIH; les patients atteints de ces troubles ne produisent probablement pas de production d’anticorps contre la toxine staphylococcique L’absence d’anticorps toxique peut être due au comportement moléculaire «superantigène» des toxines staphylococciques